Suivez-nous sur
  • 02 28 25 08 39
  • Du lundi au vendredi de 8h00 à 18h15
  • contact[at]batis.group

LA SILICE CRISTALLINE, UN NOUVEAU RISQUE POUR LE BTP


Date de publication : 31/05/2019
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient de publier une étude alarmante sur les risques sanitaire liés à l’exposition aux poussières de silice cristalline, notamment pour les professionnels du BTP.

Des niveaux d’exposition importants et des conséquences sanitaires confirmées

Le rapport de l’Anses réaffirme le caractère cancérigène de la silice cristalline. Ce minéral, que l’on retrouve sous différentes variétés (quartz, tridymite ou cristobalite) dans différentes roches comme le granite ou le grès, mais aussi le sable, est donc présent dans plusieurs matériaux de construction (béton, enduit, mortier). Lors d’intervention sur ces matériaux (perçage, démolition, etc.) des poussières de silice cristalline sont donc émises exposant ainsi les personnes à leur inhalation. L’Anses estime même qu’entre 15 000 et 22 500 ouvriers du BTP seraient exposés à des émissions supérieures à la Valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) actuellement fixée à 0,1 mg/m3.

Un renforcement de la réglementation indispensable

L’Anses préconise donc de poursuivre les enquêtes sanitaires et les études techniques afin de mieux évaluer les conséquences de l’exposition à la silice cristalline et de mieux définir les moyens de prévention les plus efficaces. L’agence souhaite aussi que la silice cristalline soit considérée, non plus comme un agent chimique dangereux, mais bien comme un produit cancérogène à l’origine de pathologies comme la silicose. Une transposition dans le droit français des directives européennes relatives au caractère cancérogène de la silice cristalline apparait donc indispensable. Enfin l’Anses souhaite que la VLEP soit abaissée afin de mieux correspondre aux risques sanitaires.

« Retour aux actualités
Batis'Group
BATIS'EXPERT
TECHNIDIA
DIAG'AGENCES
BATIS'VERIF